ven. 18 mars 2011 - 100 vers, sans reproche

Une fois n'est pas coutume, pas de dessin, mais une joute verbale qui a eu lieu avec un pote sur un forum, où il ne s'agissait que de parler en alexandrins. Genre, on est culturés, tout ça. Bon comme c'était sur un forum metal, le contenu est tout sauf poétique, mais on y a pris beaucoup de plaisir (moi en tout cas), et je refuse totalement de laisser s'oublier un tel moment, et de n'en faire profiter personne.


Bonne lecture :)


Prologue

 

Chacal : Tel est le combat, comme depuis Adam et Eve
De savoir entre tous, qui a la plus grosse verve.

 

Le Chibre Lorrain versus le Chiotte de Chacal,
Un combat qui s'oppose comme le bien et le mal.
Les uns qui font rentrer leurs sévices sans avance,
Alors que l'autre n'aspire qu'à peindre sur la faïence.
Mais peu importe le but, anal ou génital,
Là, et aujourd’hui, c'est l'hégémonie des mâles.

 

 

 

Acte I : De l’éloge du Chibre Lorrain

 

Madiane : Rire sans s'arrêter, proférer des horreurs,
Dans la complicité retrouver son bonheur,
Célébrer le vagin, louer la sodomie,
Sous des dehors rugueux, trouver de vrais amis,
Amener de la joie, oublier ses chagrins,
Banguer en festival, donner des coups de reins,
Boire sans s'arrêter et vomir dans l'ivresse,
Admirer des minois et reluquer des fesses,
Partager un amour fougueux pour le métal,
Vanter, en délirant, le supplice du pal,
Savourer notre vie sans compter les secondes,
Faire rougir les gens avec des posts immondes,
Allier les vertus du cerveau et du cœur,
Par notre fierté, terrasser les douleurs,
Chevaucher tous les vents pour accomplir nos rêves,
Ecouter, regarder en apprenant sans trêve,
Dans un élan commun, devenir téméraires,
Sans être complaisants, se voir comme des frères,
Rester toujours unis même si on est loin :
C'est la philosophie du vrai Chibre Lorrain

 

 

 

Acte II : Du bien fondé qui sied au fondement

 

C : Les mots de Madiane, belle et profonde poésie
La gloire du Chibre Lorrain, l'union des amis
Mais les mots sont vains, le verbe, profond mais bancal
Tenia : seul ver qui restera dans les anales

 

M : Si dans les anales ne reste que ce ver,
C'est à raison qu'on dit qu'il est fort solitaire.

 

C : La solitude de ce démon n'est que paraître
De tes entrailles le lombric souhaite juste se repaître
Pas une seconde de manger cet être ne se lasse
Prompt dans cette ignominie, fort comme un slim-fast.

Si dans la luxure, mourant d'envie tu t'entêtes 
Ton sexe semble voué à un drôle de tête à tête 
La sodomie ne sera donc plus ton seul vice
Du prépuce à la hampe, le bondage du pénis.

 

M : Le Chibre n'a pas peur. Le chibre est vermifuge.
Le Chibre soigne tout par son crémeux déluge.
Quand le Chibre paraît, la nature applaudit.
Il fait connaître à tous un goût de paradis.
Certains ont même dit qu'il était surréel.
D'aucuns prétendent que c'est la Tour de Babel
Ou l'axe autour duquel tournent les univers.

Le Chibre est éclatant, dressé à découvert,
Il amène le jour dans les crevasses sombres
Lorsqu'allant et venant dans la moite pénombre,
Il élargit le seuil des tunnels ténébreux.

Et quand il est lorrain, il est plus savoureux,
Il allie le délice aux plaisirs ineffables,
A la dure vigueur d'un glaive impitoyable.
S'enfonçant rudement au rythme du métal, 
Comme du vif-argent, son ardeur coïtale
Est fatale au ténia qui n'est que pourriture.

Il triomphe en chantant Sodomie et Luxure,
Le Plaisir de Tuer en Chevauchant l'Eclair,
Le Règne dans le Sang sur la Belle et la Bière.
Le Chibre ignore tout du désastre total,
Il est réputé pour ses invasions bestiales.
L'Autel de la Folie l'accueille et le vénère.
Dans un vortex mental, il parcourt cette terre,
Pratiquant ce qu'il prêche de l'Alsace à l'Andorre.
On l'attend. On le prie. Sept Eglises l'adorent.

Le Chibre c'est la Vie mais quand il est lorrain,
Sa volupté parée des vertus de l'airain
Inonde et purifie la flore intestinale.

C'est pour cela qu'il faut que, maintenant, Chacal,
Tu décides entre, si tu le peux encore,
Le Chibre qui te noie, le Ver qui te dévore.

 

C : Point n'est là besoin de décider dans l'urgence,
Pour mon bien ou le tien, de m'éclater la panse
Il s'agissait, de ce mal je ne suis victime
En acquiesce la tension des coutures de mon jean.

Car en ma propre chair vit un autre poison 
Défiant la nature, l'enfer, le reblochon
L'odeur de mon rectum pour le monde est fatale
Ce n'est pas pour rien qu'on me surnomme le Chacal.

 

M : Je m'incline humblement en face de Chacal.
Ses rimes profondes, son hommage rectal
Sanctifient l'intestin, libèrent le côlon
Et de nos excréments lèvent le gonfalon.

 

C : C'est souvent, après ou avant, mais dans les chiottes
Qu'on arrive malgré tout à se faire plein de potes
On pourrait croire que l'odeur est rédhibitoire
Mais la causette est cool devant les urinoirs

 

Parlant de joufflu, la lune que les nuages cachent
Je m'en vais découvrir, un pet m'y encourage
Après les café et clope, le plaisir est tel
D'un pas engagé, le besoin de faire une selle.

 

 

 

Epilogue

 

C : Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Heureux comme le Chacal a fait un bon ménage
Son intestin est vidé, propre est son rectum,
L'étron est posé, de la taille d'un opossum, 
En sortant, pas omis de se laver les mains.
Pas de dessin, vous dites? on verra ca... demain.


Partager cette note sur Facebook <- Notes précédentes :: Notes suivantes ->

· Contactez-moi (ou pas)

Dernières Notes

· A New Level
· Détournement : Holy Crocs - Under The Tong
· Holidayz!!
· Franc Mais con
· Rituel en C majeur

Vielles Notes

· janvier 2007
· février 2007
· mars 2007
· avril 2007
· mai 2007
· juin 2007
· juillet 2007
· aout 2007
· septembre 2007
· octobre 2007
· novembre 2007
· décembre 2007
· janvier 2008
· février 2008
· mars 2008
· avril 2008
· mai 2008
· juin 2008
· juillet 2008
· août 2008
· septembre 2008
· octobre 2008
· novembre 2008
· décembre 2008
· janvier 2009
· février 2009
· mars 2009
· avril 2009
· mai 2009
· juin 2009
· juillet 2009
· août 2009
· septembre 2009
· octobre 2009
· novembre 2009
· décembre 2009
· janvier 2010
· février 2010
· mars 2010
· avril 2010
· mai 2010
· juin 2010
· juillet 2010
· août 2010
· septembre 2010
· octobre 2010
· novembre 2010
· décembre 2010
· janvier 2011
· février 2011
· mars 2011
· avril 2011
· mai 2011
· juin 2011
· juillet 2011
· août 2011
· septembre 2011

Bloggerz